Notre position par rapport à la culture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Notre position par rapport à la culture

Message par coalize le Lun 23 Mai - 15:53

Voila, suite à un débat qui commençait à être HS dans un autre sujet, j'ouvre ce fil pour continuer la discussion!

On disait donc que :

1. il fallait laisser tout le monde s'exprimer
2. Il fallait faire en même temps attention à notre crédibilité!

quelle est votre sentiment par rapport à celà?
avatar
coalize

Messages : 461
Date d'inscription : 22/05/2011
Age : 38
Localisation : 93
Activité : Ingénieur en mathématiques

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre position par rapport à la culture

Message par Admin le Lun 23 Mai - 16:00

Tu voit un mouvement social comme celui de la reforme des retraites est monté, on a eu des droits, un pouvoir médiatique, une crédibilité.
Maintenant plus rien, on a tout perdu.

Un livre ça reste. Une chanson aussi.
Je pense que la culture élevera toujours la conscience. Nous en tant que militant (et non en tant qu'artiste) on se doit de promouvoir la culture, notre culture. Pour ça différents moyens :
  • Organiser un concert
  • Promouvoir des artistes
  • Traduire des textes de musiques en français
  • etc...


Je pense qu'on doit promouvoir la culture un maximum.
Mais on peut aussi être la culture ! Mais c'est un autre sujet.
avatar
Admin
Admin

Messages : 63
Date d'inscription : 22/05/2011
Activité : lycéen

http://reelledemocratie.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre position par rapport à la culture

Message par coalize le Lun 23 Mai - 16:03

Admin a écrit:Tu voit un mouvement social comme celui de la reforme des retraites est monté, on a eu des droits, un pouvoir médiatique, une crédibilité.
Maintenant plus rien, on a tout perdu.

Un livre ça reste. Une chanson aussi.
Je pense que la culture élevera toujours la conscience. Nous en tant que militant (et non en tant qu'artiste) on se doit de promouvoir la culture, notre culture. Pour ça différents moyens :
  • Organiser un concert
  • Promouvoir des artistes
  • Traduire des textes de musiques en français
  • etc...


Je pense qu'on doit promouvoir la culture un maximum.
Mais on peut aussi être la culture ! Mais c'est un autre sujet.

Je ne te contredirais pas là-dessus, je suis d'accord!

je parlais surtout de la "culture" au sens large!

tout ce qui est "artistique" doit-il être considéré comme de la culture?
Le divertissement est-il de la culture?
avatar
coalize

Messages : 461
Date d'inscription : 22/05/2011
Age : 38
Localisation : 93
Activité : Ingénieur en mathématiques

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre position par rapport à la culture

Message par zul le Lun 23 Mai - 23:21

Ah ah, c'est intéressant ça.

La culture c'est bien souvent une caution, en tout cas, pour nous qui sommes en quête de légitimité, c'est précisément en ce sens que nous en avons besoin.

Moi je dois vous avouer que le délire Djembé j'adhère moyen, c'est comme le coup du concert... je sais pas, on est pas là pour faire la fête : on est là pour montrer les dents, alors ok c'est mieux en musique mais réfléchissez à l'image que nous allons donner, j'ai même envie de dire à l'image que les journalistes vont détourner...

Alors si le but c'est d'attirer à nous les travailleurs, les français moyens et qu'on gratte sur des guitares sèches comme en soixante huit avec des barbes et des cheveux longs ils vont juste se fouttre de notre gueule et nous trouver bien mignons mais bon quand même...

Le divertissement ok c'est un levier, on doit en produire et utiliser les codes de la société du spectacle contre elle mais pas juste lui donner des spectacles qu'elle pourra retourner contre nous.

Je ne sais pas, c'est vraiment une question piège; on a tant à faire, tant de choses à expliquer, tant de gens à convaincre de la nécessité du changement que je n'ai pas envie qu'on perde de temps à se vautrer dans une image festive et cool de la révolution des d'jeun's.

Je pense qu'on est là pour faire peur, montrer qu'on en veux et qu'avec nous, c'est possible, il faut juste nous rejoindre, on lâchera rien, on tractera, on fera de la pédagogie et pourquoi pas, même, des coups médiatiques, des buzz, tout ce qu'il faut pour qu'on parle de nous comme des putains d'agitateurs excédés, je ne veux pas qu'on nous traite (dans les médias car elle est là la bataille) en hippies joyeux, c'est tout.

zul

Messages : 15
Date d'inscription : 23/05/2011
Activité : travailleur précaire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre position par rapport à la culture

Message par coalize le Lun 23 Mai - 23:36

Merci zul!

tu as expliqué beaucoup mieux que moi mes craintes par rapport à ces notions de culture...

De plus, ce que je trouve hyper important, et stratégiquement, et même ontologiquement, c'est cela :

zul a écrit:on doit en produire et utiliser les codes de la société du spectacle contre elle

une phrase que debord n'aurait pas renié :) Et cela c'est essentiel dans notre combat, mais également dans toute communication : se servir des codes de la société... seulement contre elle..en veillant à ne pas pouvoir être récupéré!

Sinon on va devenir une marchandise...on va voir des t-shirt fleurir à notre effigie, comme ces t-shirts du che...j'ai envie de foutre une baffe à tous ceux qui portent ce t-shirt... car ils prouvent clairement qu'ils ont rien pigé!.. bon je digresse là... :)
avatar
coalize

Messages : 461
Date d'inscription : 22/05/2011
Age : 38
Localisation : 93
Activité : Ingénieur en mathématiques

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre position par rapport à la culture

Message par ManuParis le Lun 23 Mai - 23:54

C'est un vrai paradoxe. Je pense que ce qui peut être bien c'est des projections de film : ca nous décrédibilise pas, sa peut attirer des familles. Sa prend plus de place qu'une affiche, aussi.
Sa peut aussi avoir une grande influence. Regarder "V comme Vendetta" (que j'ai pas trop kiffé, personnellement, mais bon) : les masques sont aujourd'hui un symbole.
c'est vrai qu'il faut surtout pas avoir cool... sa tuerai le mouvement.

Et c'est vrai que ça reste : prenons mai 68 (oui, encore). C'était pas sérieux politiquement, les gains qu'on a eut, on s'en souviens même plus, mais culturellement sa a profondément marqué notre époque. Les films et groupes post-68 dénonçant une société standardisé mécanisé, comme Orange Mécanique ou les pink floyd influencent toujours notre facon de penser.

ManuParis

Messages : 24
Date d'inscription : 23/05/2011
Activité : étudiant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre position par rapport à la culture

Message par zul le Mar 24 Mai - 0:19

Si tu peux faire venir les Pink Floyd, te gène surtout pas. Moi j'ai un cousin qui connait le fils du prof de math de collège de Zaz...

Plus sérieusement l'idée de projeter des films c'est pas mal du tout. Mais alors de vrais films de lutte, pourquoi pas du Pierre Carles, des films sur les expériences révolutionnaires, sur l'Amérique du sud (The Revolution Will Not Be Televised par exemple). Avec débat après ... mais en même temps c'est super cool sur le papier mais c'est super chaud à mettre en place, d'autant que ça fait un peu ciné club chiant, rien de bien mobilisateur. Le but c'est pas trop de parler entre mecs qui sont d'accord mais plutôt de convertir les sceptiques... et là du coup j'avoue que Chavez c'est peut être un peu hardcore pour les néophytes.

En plus même symboliquement ça nous place, en tant que foule, dans une position de passivité, une position assise qui ne nous sied guerre. Les films, tournons les, ensuite on mettra des écrans pour diffuser notre vision du monde et celle du peuple qui veut une démocratie ici et maintenant.

zul

Messages : 15
Date d'inscription : 23/05/2011
Activité : travailleur précaire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre position par rapport à la culture

Message par zul le Mar 24 Mai - 0:30

Autant l'idée d'importer le cinéma et toute sa symbolique dans la lutte ne m'emballe pas, autant faire entrer les luttes dans les cinémas, ça ça me botte. Si quelqu'un connait une salle de ciné qu'on pourrait envahir pacifiquement pour une projection débat militante et citoyenne, qu'il le fasse savoir. Faut qu'on commence à débarquer de partout, des supermarchés aux facs, toujours avec les mots de démocratie réelle et de révolution citoyenne, alors les cinémas pourquoi pas?

zul

Messages : 15
Date d'inscription : 23/05/2011
Activité : travailleur précaire

Revenir en haut Aller en bas

Éléments de réflexion : 10 stratégies de manipulation à travers les médias observés par Chomsky

Message par Joel le Ven 27 Mai - 14:00



Noam Chomsky a élaboré une liste de dix stratégies de manipulation à travers les médias issues de ses observations.

Sans parler pour Chomsky, il me semble que le machiavélisme nécessaire à la mise en oeuvre de ses stratégies est sans doute variable d’une clique politique à l’autre, sans distinction a priori d’appartenance à la gauche ou à la droite. L’ensemble de ces stratégies fait partie du “système d’Etat” peu importe qui est au pouvoir, chaque gouvernement ne modifiant quel le niveau d’intensité de telle ou telle approche. Le contrôle d’une partie importante des médias est évidemment un pré-requis pour que tout cela fonctionne, que ce soit par nomination directe des directeurs ou par copinage.

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

[Ex : Infos banales qui occupent toute la place : visite de la reine, Carla enceinte, fait divers symbole choisi pour aller dans un sens bien particulier, etc.)

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

[ex : braquer et provoquer des communautés fragilisées socialement pour en faire des épouvantails]

3/ La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

[ex :Insécurité, menaces terroristes, créer des ennemis ici et là...]

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

[Ex : Télé-réalité : jeux d'élimination, de harcèlement moral, d'invidualisme et d'écrasement du prochain pour le culte de l'argent et de la consommation]

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

[...car si les gens se cultivent, réfléchissent, débattent, ils regagnent du pouvoir :-) ]

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

[Ne pas se résigner !! De l'enthousiasme ! ]

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

[Débloquer les débats, les idées, l'imagination, le savoir...]

Source: Pressenza


Joel
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre position par rapport à la culture

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum